Distillerie Tamdhu : Interview de Sandy Coutts, directeur


whisky-tamdhuFondée en 1897, la distillerie Tamdhu, située en Ecosse dans la région du Speyside, a un long et beau passé derrière elle jusqu’à sa fermeture en 2010. En 2011, c’est la renaissance pour le plus grand plaisir des amateurs des single malts de la distillerie avec le lancement du whisky Tamdhu 10 ans.

Sandy Coutts, directeur de la distillerie Tamdhu, nous en dit plus sur cette renaissance dans une interview à découvrir dès maintenant sur le blog du Whisky du Monde.

Quelles transformations avez-vous vécues depuis le début de votre carrière ?

J’ai commencé à travailler à la distillerie Tamdhu le 7 décembre 1970, opérant à toutes les étapes de la production, des aires de maltage aux chais en passant par le moulin et les alambics, avant d’en devenir le directeur. Peu de choses ont changé à Tamdhu depuis sa création en 1897. Nos alambics ont toujours les mêmes tailles et formes, nos cuves de fermentation sont à nouveau en bois et nous privilégions la gravité plutôt que le pompage par économie d’énergie. En 43 années, j’ai été le spectateur privilégié d’une transformation majeure de l’industrie du whisky en Ecosse : les sociétés mettent davantage l’accent sur leurs single malts plutôt que sur leurs blends. Beaucoup de vieilles distilleries ont été remises en marche et de nouvelles ont même été construites ces dernières années. Tout cela grâce à l’intérêt croissant pour les single malts dans le monde et l’émergence de nouveaux marchés. Malheureusement Tamdhu a temporairement fermé en 2010 avec la décision d’Edrington (également propriétaire des distilleries Macallan et Highland) de restructurer sa production pour répondre à la récession globale. Avec le rachat par Ian Macleod Distillers, nous avons pu rouvrir en 2012 avec de nouvelles ambitions.

Quelles sont ces nouvelles ambitions pour la marque Tamdhu ?

Nous allons construire la marque au niveau mondial en élargissant la gamme pour que Tamdhu soit reconnu comme le single malt premium du Speyside. Mes ambitions personnelles pour Tamdhu sont en ligne avec celles de nos propriétaires et je vais me servir de toute mon expérience pour aider Ian Macleod à les atteindre.

Quelle est la recette de ce nouveau 10 ans d’âge ?

Nous n’utilisons que des anciens fûts de sherry pour cette nouvelle expression, la majorité ayant contenu de l’oloroso. Nous utilisons deux essences de chêne différentes : le chêne européen, classique pour les fûts de vins de Xérès, qui donnent une teinte plus foncée et des notes plus riches sur les fruits secs et les épices avec une charmante touche de fruits frais, comme le cœur d’un abricot et le chêne américain, à la teinte plus claire, avec une influence moins marquée du bois. Les fûts de sherry exigent une maturation plus lente mais conservent une remarquable fraicheur et vitalité, apportant au spiritueux une douceur vanillée presque sirupeuse. Nous utilisons également des fûts de second remplissage dans une faible proportion mais ils sont néanmoins très utiles pour éviter que le bois ne domine le whisky et aident à l’arrondir une fois les différents types de fûts assemblés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s