Distillerie Bruichladdich : Interview de Jim MacEwan, Master Distiller

jim-mcewan-bruichladdichLa distillerie Bruichladdich, fondée en 1881 et située sur l’île d’Islay en Ecosse, n’en finit pas d’innover et de faire preuve de créativité avec des single malts comme le whisky Bruichladdich The Laddie Ten ou encore le whisky Port Charlotte Peat Project. Et tant d’autres whiskies encore…

Jim McEwan, Master Distiller de la distillerie Bruichladdich revient sur le récent rachat de la distillerie par le groupe Rémy Cointreau et lève le voile sur le style Bruichladdich dans une interview à découvrir dès maintenant sur le blog du Whisky du Monde.

Que change le récent rachat par le groupe Rémy Cointreau pour la vie de la distillerie ?

Rouverte le 29 mai 2001, Bruichladdich et son style unique sont revenus sur le devant de la scène après avoir failli disparaître définitivement en 1994. Une belle réussite mais qui connaissait certaines limites faute de financements importants. Une situation parfois frustrante même si je suis très content de ce que nous avons fait avec si peu de moyens et en si peu de temps. Aujourd’hui, Rémy Cointreau est une entreprise mondiale jouissant d’une très belle réputation. Ne possédant pas d’autres distilleries de single malt, nous attirons toute leur attention et ils nous offrent les moyens nécessaires pour nous amener là où nous avons toujours rêvé d’arriver. Ce rachat apporte également à tous les employés un avenir plus sûr et lumineux, ce qui n’est pas rien lorsque vous vivez sur une île ou les offres d’emploi sont rares.

Conservez-vous la même liberté de création ?

Le mandat que j’ai reçu était et continue d’être exactement le même : distiller un style ancien de whisky. La bonne nouvelle est que l’on m’incite à créer toutes sortes de produits uniques et passionnants pour l’avenir. Ce programme a déjà été mis en œuvre avec le lancement de notre série Scottish Barley. Pour moi, c’est la production et la création qui me font aller de l’avant et me donnent la satisfaction nécessaire pour garder ma passion et mon excitation pour le whisky vivantes. Une histoire d’amour qui dure depuis 50 ans et qui continuera aussi longtemps que la flamme brûlera. Je suis un « chasseur d’arc-en-ciel » et lorsque l’un d’eux disparaît je retourne dans le chai à la recherche du suivant. Je suis sans cesse impressionné par le fait que tous les fûts possèdent leur propre personnalité, à la manière des enfants d’une grande famille.  Mon travail consiste à tisser ces personnalités et a créé de nouveaux arcs-en-ciel pour la plus grande satisfaction des amateurs, qui restent les seuls juges de mes échecs et de mes succès.

Comment définiriez-vous le style Bruichladdich ?

Bruichladdich a toujours produit un magnifique distillat mais malheureusement avant la réouverture en 2001 les fûts utilisés n’étaient pas de la plus haute qualité. Par conséquent le whisky n’avaient jamais pu réaliser son plein potentiel. Ma première tâche a été de mettre le whisky dans de nouveaux fûts, une preuve d’amour pour le tonnelier que j’ai été. Maintenant notre whisky est comme Cendrillon se rendant au bal, élégant, sophistiqué avec une pureté préservée de tout caramel E150 ou de filtration à froid qui dépouillerait sa texture. Il a toute la fraîcheur marine et florale que seuls les Islay matures possèdent.

Propos recueillis par la société Dugas

Publicités